Un canal, des canaux

Le long du Canal Beagle ©Anne Recoules

1 400 milles. Soit plus de 2 500 kilomètres. En trois semaines. A la voile.

Remontée express des Canaux de Patagonie. Un  labyrinthe à la nature aussi luxuriante que sauvage. Un territoire aussi inhospitalier que fascinant. Des caletas bien cachées, des mouillages qui se méritent, des vents contraires qu’il faut endurer, des jours durant, en plein nez.

Des milles et des milles, sans âme qui vive. L’impression d’être réellement coupés du monde. Et, curieusement, plus qu’en Antarctique. On ne croise personne. Juste un bateau de pêche et ses plongeurs. Sans bouteille, avec un long tuyau en guise d’air frais, pour ligne de vie. Et puis quelque oursins, des centollas et l’ombre des indiens disparus.

Tout cela pour dire que le dernier article de ma série sur le Grand Sud est en ligne, sur Voiles et Voiliers : 1 400 milles en trois semaines dans les canaux de Patagonie.

Publicités

Commentaires fermés sur Un canal, des canaux

Classé dans Web

Les commentaires sont fermés.